Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fragments - Alexandre LABORIE

poesie

Sans trop savoir

24 Mai 2021, 15:52pm

Publié par Alexandre LABORIE

Fallait le voir sourire
Derrière son comptoir
Dans ce bar de Göteborg
Fallait voir ce talent qu’il avait, pour danser, tout en servant des verres ou en distribuant des plats
Son déguisement rouge, dont la capuche enveloppait son visage, tel un cadeau.
Fallait voir sa beauté, là, juste à portée

Dire merci, en soi même, sans trop savoir à qui...

Puis s’avancer vers lui
Échanger quelques mots
S’étonner de comprendre
Cette langue d’instinct
Révélée dans l'instant
Puis la nuit qui s’installe
Nos vélos parallèles
Dans le froid saisissant
L’escalier que l’on monte
La chaleur qui attend

Le fou rire, au même moment, sans trop savoir pourquoi

Et s’enlacer soudain
Et se serrer très fort
Ces baisers sur les corps qui tracent le chemin
L’étreinte qui s’invente
Les souffles accordés
Et au petit matin
Les confidences
Nos fêlures en cascade
Quelques secrets aussi

Se quitter à midi
Sans se dire adieu

Vouloir donner un sens, à la vie, à ces heures, sans trop savoir comment.

 

©Alexandre LABORIE

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Être

9 Janvier 2021, 11:18am

Publié par Alexandre LABORIE

Il ou elle ?

Qu’en est-il ?

Je le sais, se dit-elle

Je voudrais

Fuir cet il

Cet oiseau, privé d’ailes

Qui s’étouffe.

En exil, dans cet il

Séparée de son être, de sa voix,

Sous le joug des diktats

Imbéciles et cruels,

Elle a froid.

De cet il accidentel

Elle ne veut garder que l’l

S’envoler sans plus tarder

S’envoler pour devenir

Ce qu’Elle a toujours été.

Alexandre LABORIE

Voir les commentaires

Port des Sablons, 20h

28 Novembre 2020, 19:55pm

Publié par Alexandre LABORIE

Il souffle sur le port

Un vent de solitude

Un homme fait du sport

Comme à son habitude

 

Petit point vif, obscur

Jouant avec la brume

Il dessine l’azur

Léger comme l’écume

 

Où va donc son esprit ?

Vers ses failles secrètes ?

Ses rêves incompris ?

Mais soudain, il s’arrête

 

Dans la maison carrée

Le temps est suspendu

La chambre est éclairée

Le marcheur attendu.

 

Alexandre LABORIE

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>