Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fragments - Alexandre LABORIE

Articles avec #fragments

Fragments (Extrait n°11)

16 Février 2020, 16:21pm

Publié par laborie.fragments

Vitesse des corps transportés.

A voix basse, yeux fermés.

Les portes s’ouvrent, rien ne change.

Ceux qui sortent, ceux qui arrivent.

Tout autour de moi des silences

Même brume matinale dans les regards.

Saisis par une même urgence

Des êtres égarés aux regards tourmentés

Mêmes âmes avides d’horizon

Même musique quotidienne qui bat dans les cœurs résignés.

Un peu seuls et désorientés

Au seuil des visages furtifs

Des armées de questions, des guerres intérieures

Pourtant, des yeux penchés sur un livre

Une tête qui se redresse.

La surprise, soudain

Un sourire

Une parole qui naît

Ce reflet dans les yeux

Une graine d’humanité s’ouvre à tous les possibles.

Voir les commentaires

Manque

11 Juillet 2019, 21:42pm

Publié par laborie.fragments

Je n’ai jamais fui les silences
Je m’y réfugie bien souvent
Mais celui qui suit ton absence,
Il m’assassine à chaque instant.

Mon corps se nourrit nuit et jour
A l’empreinte de tes caresses
Ton fantôme me tourne autour
Mais je suis seul dans ma tristesse.

Ton manque est un cri enragé
Qui pourtant, jamais, ne dépasse
Le seuil de ta porte fermée
Alors, lentement, il s’efface.

Tu peux me plonger dans l’oubli
Moi je conserve ma passion
Notre chant, je le garde en vie
Je t’aime, au diable la raison...

Alexandre LABORIE

Voir les commentaires

Fragments (extrait n°2)

2 Janvier 2017, 17:55pm

Publié par laborie.fragments

Tout ce qui est écrit dans cet ouvrage n’est peut-être destiné qu’à illustrer, dépasser, assumer, oublier cette simple assertion : tout passe.

***

 

Aout.

Mon regard s’attarde sur le ciel bleu et pur.

Quelques oiseaux, soudain, font leur apparition.

Tels des fusées de feux d’artifice, ils s’élancent vers l’immensité et leur ballet ne semble s’exécuter que pour moi.

Leurs ventres tout blancs brillent dans le ciel comme des étoiles filantes.

J’inspire alors plus profondément pour imprimer ce moment dans mon cœur.

Il est bon d’avoir un tel album à feuilleter en cas de jours plus sombres.

Garder en soi, toujours, une petite lumière de secours.

 

***

Le train du retour.

Nice-Bordeaux.

Automne.

19h30.

La nuit, déjà.

Les lumières au loin.

Reflets sur les vitres, jeux de miroirs.

Un jeune couple devant moi.

Elle lit.

Je n’arrive pas à voir le titre de l’ouvrage.

Lui consulte une brochure d’un « master d’océanographie » de l’Académie d’Aix Marseille.

Une annonce indique qu’en raison d’un dommage causé sur la voie après Toulouse, il y aura un retard important pour tous ceux qui se rendent à Bordeaux.

Le couple sourit, soulagé.

Ils ne sont pas concernés.

Il a rangé sa brochure puis mis des écouteurs dans ses oreilles.

Elle poursuit sa lecture.

Il fixe du regard la petite table devant lui sur laquelle il a déposé quelques papiers ainsi que son portable.

Elle lui caresse la main, puis le dos.

Il bouge soudain et se redresse.

Elle retire brusquement sa main.

Pendant quelques secondes, son livre n’est plus posé sur sa jupe.

Je distingue enfin le titre : « l’art de la fugue ».

Elle lui demande si ça va.

Il ne répond pas.

Elle l’embrasse au coin des lèvres.

Il lui sourit, puis, sans la regarder, il passe sa main derrière sa nuque et ramène sa tête au creux de son épaule.

Elle ferme les yeux.

Il lui répond : ça va.

 

 

***

 

 

Mémé avait souvent mal au dos.

Un jour, je l’ai prise dans mes bras et l’ai soulevée.

Elle a crié.

Je m’en suis voulu.

Aujourd’hui encore, il m’arrive de croire que je suis à l’origine de son mal, qu’elle n’a jamais voulu m’en parler.

Ce jour là, peut être avait elle encore plus mal que d’habitude.

C’était sûrement un jeudi, jour de marché sur la place du village.

Elle prenait toujours son vélo pour s’y rendre.

Un vélo qui allait lentement.

Elle le posait contre un arbre puis faisait le tour des commerçants.

J’aimais la suivre dans cette déambulation.

Elle avait un petit mot gentil pour chacun.

Elle était fière de me présenter.

Nous passions du maraîcher au boulanger puis du boucher au fromager.

Mes narines frémissaient et se régalaient de toutes ces saveurs.

Parfois, elle rencontrait une amie et se mettait à discuter quelques minutes qui me paraissaient des heures.

Je trépignais.

Lorsqu’il fallait partir, les sacoches étaient trop petites pour contenir toutes les victuailles.

Mémé déployait alors des trésors d’ingéniosité pour caler les différents achats de façon à ce que rien ne tombe durant le retour.

Ce jour là, je n’étais pas à ses côtés.

Elle est rentrée du marché, a déposé les courses sur la table de la cuisine.

C’était un jour banal.

Elle a rangé son vélo sans savoir que c’était la dernière fois de sa vie qu’elle l’avait utilisé.

Un basculement s’était produit, imperceptiblement.

C’est ainsi, nous vivons parfois des événements sans que l’on s’en aperçoive.

Des adieux se cachent derrière les au-revoir.

Un jour banal ne l’est jamais tout à fait.

 

 

Puisque tout peut s’arrêter

Comme ça, en quelques secondes

A la terrasse d’un café

Un soir, au milieu du monde…

Vivons !

***


C'est en fermant les yeux,

Accueillant le silence,

Que je retrouve un peu

Le chaud de ta présence.

 

***

Une petite maison, au bord de l’océan.

Le strict nécessaire.

Une table pour écrire et manger.

Un fauteuil, des livres.

Le matin, je me lèverai tôt, pour aller marcher, quel que soit le temps.

Pour respirer.

Pas une respiration discrète, honteuse comme aujourd’hui, mais une respiration qui embrasse la nature.

Une respiration assumée.

De retour, j’écrirai pendant 4 ou 5 heures.

Puis j’irai chez Marie-Annick qui tient une épicerie nichée au milieu d’une petite ruelle.

Je discuterai avec elle des dernières nouvelles de l’île et du continent.

Après déjeuner, je lirai et je ferai une petite sieste.

Ensuite, je bricolerai.

Je ne suis pas manuel mais je sens que j’aurai besoin que mes mains touchent, sentent, se blessent, que s’impriment sur elles mon rapport avec la matière.

Je pense à une vieille barque à retaper, je demanderai conseil à un des vieux marins du voisinage.

J’écrirai ensuite jusqu’au crépuscule.

Après dîner, je repartirai faire un tour de l’île pour observer les lumières des foyers qui s’allument les unes après les autres. J’observerai les ombres derrière les fenêtres, j’imaginerai les vies des habitants, leurs conversations.

Je serai heureux, emmitouflé dans mon coupe-vent, de ressentir cette chaleur derrière les carreaux en me disant que bientôt je retrouverai la mienne.

Au retour, je lirai et au bout de quelques minutes, je serai distrait par le sifflement du vent.

Je reprendrai ma lecture et mes paupières, petit à petit, se feront plus lourdes.

Alors, je m’endormirai, bercé par la rumeur de l’océan.

 

***

A l’orée du sommeil

Les masquent tombent et pleurent

Et si part le soleil

Il reste encore les heures

 

Alors vient la cohorte

Renoncements, regrets

Cachés derrière la porte

Le temps d’une journée

La bataille commence

Violente, impitoyable

Nus, dans cette démence

Nous nous sentons minables.

 

On comprend qu’on ne peut

Rejouer le passé

Revenir sur les lieux

Naître et recommencer

 

Alors on se délivre

La rage devient force

Un appétit de vivre

Au présent se renforce

 

C’est là qu’il peut venir

Comme un souffle en douceur

Nous bercer, nous cueillir

Embrasser notre cœur.

(A suivre...)

Voir les commentaires