Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fragments - Alexandre LABORIE

Fragments (Extrait n°11)

16 Février 2020, 16:21pm

Publié par laborie.fragments

Vitesse des corps transportés.

A voix basse, yeux fermés.

Les portes s’ouvrent, rien ne change.

Ceux qui sortent, ceux qui arrivent.

Tout autour de moi des silences

Même brume matinale dans les regards.

Saisis par une même urgence

Des êtres égarés aux regards tourmentés

Mêmes âmes avides d’horizon

Même musique quotidienne qui bat dans les cœurs résignés.

Un peu seuls et désorientés

Au seuil des visages furtifs

Des armées de questions, des guerres intérieures

Pourtant, des yeux penchés sur un livre

Une tête qui se redresse.

La surprise, soudain

Un sourire

Une parole qui naît

Ce reflet dans les yeux

Une graine d’humanité s’ouvre à tous les possibles.

Voir les commentaires

Fragments (extrait n°10)

31 Janvier 2020, 11:47am

Publié par laborie.fragments

Des espaces
Au cœur de la ville
Traversés de lumière à jamais
Par ton regard posé, surpris en quelques secondes
D’un murmure rêvé, offert à l’instant.
Te trouver à chaque fois.
A chaque fois, la vie le sait très bien.
Saisir un souffle perdu dans la multitude urbaine.
Le cortège des jours.
Nos chemins parallèles.
D’autres yeux, d’autres histoires.
Des éclats, des désirs.
Se voir, dans ces heures précieuses, plus vivant que jamais

Mais toujours, un ralentissement, un pas de côté
A peine quelques secondes.
Aussi bien le jour que la nuit.
L’inattendu de notre mémoire.
Un lieu.
Malgré tout, malgré nous.
Une musique
Un langage retrouvé
L’impossible oubli.
L’évidence d’un lien.

Alexandre LABORIE

Voir les commentaires

Fragments

1 Décembre 2019, 17:46pm

Publié par laborie.fragments

Ils ne sont jamais loin, se tiennent à portée
ils accueillent mes peurs, mes rages, mes espoirs
même au cœur des jours sombres, ils sont juste à côté
mes fragiles fragments, petits bouts de mémoire

Dans les chambres d’hôtel, au soir de mes errances
là où les mots du jour se couchent dans la nuit
ils sont le seul refuge et la voix du silence
la lumière adoucie des heures après minuit

Vieux papiers déchirés, carnets ouverts en hâte
bloc note au téléphone, assis seul sur un banc
au crayon, au stylo, à l’encre délicate
sur vos peaux se dessine une âme aux quatre vents

Je rassemble parfois ces bribes d’existence
pour comprendre un chemin, la douleur d’un regret
elles embrassent mes plaies, apaisent leur violence
et par elles toujours, je te parle en secret.

Alexandre LABORIE
 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>