Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fragments - Alexandre LABORIE

Nature

19 Mars 2011, 15:17pm

Publié par laborie.fragments

Champs aveuglés de brumes
Terres créatives
Lune des silences apaisants
Brise réparatrice

Arbres fidèles
Landes chargées de senteurs océanes
Sables étoilés
Vignes d’allégresses

Plaines écrasées par les vents
Pierres qui résistent
Herbes sifflant leur solitude
Plaintes annonçant la nuit

Lacs providentiels
Prairies abandonnées
Genêts brûlant les vieux murs de pierre
Alpages secrets

Mer indomptée
Fragiles abris
Ames étales échouées sur la grève
Mât rêvant de son zénith

Rivières d’enfance
Cascades jaillissant comme nos rires
Vallée des merveilles
Refuge accueillant

Nature changeante
Conteuse d’histoires
Nature aimante
Lieux de mémoires


Alexandre LABORIE

Voir les commentaires

Douce parenthèse

18 Mars 2011, 15:12pm

Publié par laborie.fragments

Silencieuse, elle s’approche de celui que l’on fuit
En sortant de sa poche le mot qu’elle a écrit
Le matin dans sa chambre en pensant à tous ceux
Que la vie semble oublier un peu


Alors mon pas pressé se fait soudain plus lent
Sur un petit muret je m’assoie et j’observe
La scène, le regard de cet homme, émouvant
La candeur de l’enfant, comme un rêve

Pas de pain, ni d’argent, juste ces quelques mots
Tout simples, et pourtant, il fallait voir son sourire
En serrant fort dans ses mains ce trésor si beau
Il oubliait un temps de souffrir

La mère comprend que sa fille ne suit pas
Elle vient à sa rencontre et la prend par la main
« Fais attention à ceux que tu ne connais pas »
La petite écoute et la rejoint

La vie reprend son cours et je reprends ma route
Comme cet inconnu, jamais je n’oublierai
La douce parenthèse de cette journée d’août
Juste un beau moment d’humanité.


Alexandre LABORIE

Voir les commentaires

Le vieil homme

18 Mars 2011, 15:08pm

Publié par laborie.fragments

Bien au chaud dans sa robe de chambre
Le vieil homme a le regard perdu
De son fauteuil il contemple décembre
Qui floconne dans la rue

Au détour du silence
Sur le trottoir tout blanc
Comme par inadvertance
Surgissent deux amants

Ces jeunes égarés aux visages de lumière
Semblent redonner vie au fragile grand-père

La douce aux yeux rieurs illumine la scène
Et ses cheveux colorent cet univers si terne.

Le jeune homme lui murmure des mots mystérieux
Qui accentuent l'éclat de son sourire radieux.

Le vieux sage solitaire
Ressent la nostalgie
De sa jeunesse perdue
De toute cette magie

Il se souvient du temps où parcourant le monde
Il vivait ses désirs
Goûtait chaque seconde

Mais à peine pense-t-il à tout cela
Que les amoureux pressés
accélèrent le pas

le vieil homme se surprend à crier
collé à sa fenêtre il les regarde partir
il voudrait tant leur ressembler
mais son histoire n'est plus à écrire.

Ces deux passants jeunes et beaux
C'est sa vie qu'il voit défiler
Ces deux passants libres et heureux
C'est sa vie qui lui dit…adieu.

A.LABORIE

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 50 60 61 > >>