Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fragments - Alexandre LABORIE

Et la mer, toujours...

28 Avril 2011, 21:41pm

Publié par laborie.fragments

Corps et fleurs qui hésitent…                                            .

Mais les longues journées                      

Les rassurent, les invitent à sortir.                                                             

Peaux.                                                     

Eblouies par la lumière                           

Comme les petits yeux du matin

Par les premiers rayons.

Peaux qui respirent

Se découvrant plus libres

Quand arrive la saison.

Après-midi.

Brin de musique légère

S’envolant dans un ciel

Parfumé de lilas, jonquille et primevère.

Vert tendre où je me couche, près du ruisseau.

Pas loin de moi, une bergeronnette, posée sur le bord, à l’affût des insectes.

Je l’observe et je m’endors.

Soleils.

Mêlés de flammes fonçant sur les volets, sous les vivas stridents des cigales.

Rayons enveloppant le sable ocre des arènes, à las cinco de la tarde.

Poussière douce se posant sur la peau,

Terrasse du soir retrouvant ses esprits,

Traces de feu enveloppées d’air frais,

Baume de romarin.

Feuilles fragiles à la merci du vent, consumées dans un feu dont la fumée s’imprime sur chaque vêtement. 

Air frais qui s’avance vers un soleil trop fier pour s’avouer vaincu.

Rouge et or comme un dernier salut.

Pluie en lumière.

Paix.

Equilibre provisoire.

Milliers de pointes glacées striant tous les visages.

Arbres nus, maigres et tendus, figés par le froid.

Chocolat chaud.

Chaleur cachée.

Valeur refuge.

Amis serrés autour de la table.

Cinéma cheminée,

Sur l’écran de leurs yeux, l’étincelle du feu.

 

Et la mer, toujours, quelle que soit la saison…

 

Alexandre LABORIE

Toulouse, mai 2011

Voir les commentaires

Te manquer

29 Mars 2011, 20:52pm

Publié par laborie.fragments

 

 

Pour toi, ce n'était que du vent                                     

Cela n’était peut être rien                 

Cela n’a duré qu’un temps

Mais je trouvais ça bien

 

Pour toi, ce n'était que des mots

Pour de rire, pour de faux                                                               

Juste un jeu, rien d’important         

Mais je trouvais ça beau

 

De ce que j'ai rêvé, qui te faisait sourire

Ces petits bouts de moi qui allaient jusqu’à toi

Avec ma maladresse, mes excès pour le dire

Je veux que tu le saches, aucun regret en moi

 

Je suis déjà si loin, j’ai donné mes soleils

Les villes et puis les mers dessinées pour tes yeux

J’aime et créé d’autres mondes, mon cœur est en éveil

Des corps et des visages alimentent mon feu

 

Un sentiment ça passe et l’on croit l’oublier

Mais il se joue de nous, il se terre, il se planque

Ainsi certaines nuits, je crois te retrouver

Et voudrais te manquer autant que tu me manques

 

Et voudrais te manquer autant que tu me manques.

 

Alexandre LABORIE

Voir les commentaires

La force des choses

29 Mars 2011, 20:44pm

Publié par laborie.fragments

Je voudrais tant vous suivre

Quand vous quittez mes bras

Quand vous rentrez chez vous,

Me fondre dans vos pas

Loin de nos rendez vous.

 

Je voudrais bien entendre

Votre conversation

Surprendre vos silences

Votre respiration.

 

Découvrir la maison,

Livres sur l’étagère

Canapé du salon,

Avoir la sensation

De franchir la frontière

 

Je serais étonné

De vous sentir heureuse

Et même un peu blessé

De vous voir amoureuse

 

Je voudrais voir en somme

Ce que je ne vois pas

Ce que vous me cachez

Par la force des choses

Ce qui m’est interdit

Le tabou, l’inédit

Derrière la porte close

 

Epier vos habitudes

Vous voir dans la cuisine,

Lorsque les enfants dînent,

Rire d’une attitude

Comme une vraie gamine

 

Découvrir la maman

Ne plus vous reconnaître

Là où mes mots d’amant

N’ont plus de raison d’être

  

Je voudrais voir en somme

Ce que je ne vois pas

Ce que vous me cachez

Par la force des choses

Ce qui m’est interdit

Le tabou, l’inédit

Derrière la porte close

 

Alexandre LABORIE

Voir les commentaires