Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fragments - Alexandre LABORIE

Marc Beltra: roman autour d’une disparition (Mathieu Simonet, Françoise Olivès, éditions Omniscience)

1 Avril 2013, 18:57pm

Publié par laborie.fragments

Je ne connaissais pas Marc Beltra.
Je suis pourtant l’actualité, je lis beaucoup de journaux, de magazines, mais son histoire m’avait échappé.
C’est le premier mérite du dernier ouvrage de Mathieu Simonet : « Marc Beltra : roman autour d’une disparition » : nous reparler de ce jeune homme disparu en décembre 2003 à la frontière du Brésil, du Pérou et de la Colombie.
Marc Beltra avait 20 ans.
Il était parti au Brésil dans le cadre d’un échange universitaire.
Pour les vacances, il avait le projet d’explorer la forêt amazonienne.
Le livre de Mathieu Simonet paraît pour l’anniversaire des 30 ans de Marc Beltra.
Il y relate les années de recherches, l’enquête, sur place, de la brigade criminelle et livre le témoignage de ceux qui ont croisé Marc au Brésil, mais aussi de ses proches, du juge chargé de l’enquête.
Il ne cache rien des doutes, des espoirs, des interrogations de la famille sur l’opportunité de médiatiser cette disparition afin de faire bouger les gouvernants et l’opinion publique dont les regards sont, à l’époque, tournés vers Ingrid Betancourt, otage des Farc.
Une chanson sera d’ailleurs écrite par Jean-Jacques Nyssen et interprétée par Clarika  (cf vidéo ci-dessous).
Mais le livre de Mathieu Simonet est plus qu’un recueil de témoignages et d’initiatives.
Sa force réside dans la réflexion de l’auteur sur sa propre démarche d’écriture, sur son rapport à la vérité.
Mathieu Simonet sait dire les résonances que cette affaire a eu dans sa propre vie et dans celle de chacun des protagonistes, tel Alexandre, un ancien policier du quai des orfèvres ou Michel, l’oncle de Marc.
Cette intimité, il la dévoile dans un style direct, résolument vivant.
L’ouvrage est comme un collage de ressentis, on y retrouve des échanges de mails, des témoignages, des pensées, des rêves et, comme un cœur régulier, des extraits du journal intime de Françoise, la  mère de Marc Beltra.
J’ai été touché par le passage dans lequel Rafaël, le dernier amoureux de Marc, évoque cette vision qu’il a eue après avoir bu de l’ayahuasca, une boisson hallucinogène à base de liane : « j’ai vu un arbre, avec un tronc, qui se séparait en deux, puis qui se rejoignait dans le ciel : les deux morceaux du tronc s’enlaçaient dans les cimes. J’ai compris que c’était nous. C’était Marc et moi. »
Je n’ai pas lâché le livre.
Peut être à cause de ce souffle qu’il y a entre chaque ligne. 
Après l’avoir refermé, j’ai contacté un ami qui était au Brésil lorsque Marc Beltra a disparu et j’ai évoqué son nom, au cas où.
Elle est là, la force des mots de Mathieu Simonet : elle incite, elle fédère, elle est utile.
Comme l’auteur, j’ai envie de croire que certains témoins qui liront le livre décideront « de répondre à l’écrivain et non au policier, à l’écrivain et non à l’avocat ».
Pour avancer, pour comprendre.
Car la littérature, c’est aussi cela : l’espoir quand il n’y a plus d’espoir.
 
Alexandre LABORIE

 

"Marco" : cette chanson a été écrite à partir d'une lettre de Michel Olivès, l'oncle de Marc, pour qu'on n'oublie pas son neveu.

Elle est interprétée par Clarika.  

                                                

 
 
 
 Quelques liens...  

 

Site officiel de Mathieu Simonet

 

Page consacrée à l'ouvrage: "Marc BELTRA: roman autour d'une disparition";"

Voir les commentaires

Mes piaules

17 Mars 2013, 18:10pm

Publié par laborie.fragments

Elles se cachent dans les villes 

Dans des rues ignorées des plans 

En haut d’un escalier fragile

A Rio, Séville ou Milan.

 

Bouées des âmes à la mer

Elles connaissent mes errances

Tous mes décors, surtout l’envers

Le doute avant la renaissance

 

Les portes souvent mal fermées

Sont calées par une valise        

Les murs sont un peu abîmés

On ne voit plus la vieille frise

 

Mais je m’y sens bien, à l’abri

Aux heures grises, aux heures graves

Aux heures où mon cœur s'assombrit.

Ce sont mes recours, mes enclaves.

 

Il y a toujours un bureau

Des feuilles qui attendent l’heure

Où viendront se coucher les mots

L’esprit de tous les voyageurs.

 

Dans le silence des néons

Lorsque plus aucun chat ne miaule

Un peu paumé, sans horizon

Je m’en vais retrouver mes piaules.

 

 

Alexandre LABORIE

Toulouse, mars 2013

Voir les commentaires

"Jardin Public": nouvel album de Xavier BELROSE

8 Janvier 2013, 22:27pm

Publié par laborie.fragments

En parlant avec Xavier BELROSE, lors de notre première rencontre à Paris, j’ai été frappé par une chose : la richesse de ses influences musicales : la chanson française (je me souviens que nous avions beaucoup parlé de Claude Nougaro), la musique Noire Américaine, le jazz.

C’est d’ailleurs grâce à lui que j’ai découvert le terme de « nu jazz », apparu dans les années 90 et désignant un style musical mariant jazz, funk, soul, et associant musique électronique et improvisation libre.

A cette richesse des influences répond la diversité de son talent.

Xavier BELROSE est en effet un artiste complet, multi-instrumentiste (il découvre et pratique le piano très tôt par tradition familiale), auteur, compositeur, arrangeur.

A l'adolescence c'est dans la new soul et le hip-hop qu'il puise l'envie de créer, inspiré par les producteurs et MCs des années 90, il s'essaye ainsi au chant, au rap, à l'écriture et au « beatmaking ».

J’ai eu la chance de participer à son premier album,"Jardin Public", composé de dix titres et vous invite donc à le découvrir.

 

Pour écouter et acheter l’album, voici le lien : "Jardin Public"

 

Vous pouvez aussi découvrir le Site officiel de Xavier Belrose

 

 

 

 

 

 

XB.jpg

Voir les commentaires